Conseils pour Bali

Alors, Bali ? C’était comment ? Ben, c’était bien. C’était très joli, vraiment dépaysant. On aura fait un peu de rando (balade dirait Nico). On aura vu plein de temples, palais, cascades, rizières en terrasse. On aura apprécié la gentillesse des Indonésiens. On se sera fait de multiples plaisirs gourmands et gastronomiques. On aura vu des singes, d’énormes chauves-souris, une tortue. Mais surtout on aura réactualisé notre niveau 1 en faisant 6 plongées vraiment mémorables, particulièrement sur l’épave de l’USS Liberty. Quel pied !

Mais pour autant, Bali ne sera pas le nouveau voyage de notre vie, ni pour l’un ni pour l’autre. C’était bien, mais il y a 2 choses qui empêchent que ça soit une destination de rêve comme on a pu vivre la Polynésie. La première, c’est la propreté. Les Indonésiens n’ont pas de respect de leur environnement. Ils jettent n’importe quoi et en particulier des plastiques, n’importe où. On en a été témoins plusieurs fois. C’est le cas dans la nature et à la campagne. C’est encore plus marquant dans la mer au bord des plages. Je me suis choppé une otite. C’est la 1° fois de ma vie. Et je suis convaincu que c’est dû à la propreté de la mer quand on a plongé.

Le deuxième truc qui nous a soulés, c’est les sollicitations. Le tourisme est la ressource principale de l’île. En y allant en mai, on était encore hors saison et on a évité l’oppression de l’affluence touristique. Par contre les rabatteurs sont là toute l’année et eux, on ne les a pas évités. « Taxi », « Massage », « SunGlasses », « Coconut »… À certains endroits ou certaines heures, c’est vraiment oppressant, insistant, pénible. Ça a pesé sur certains choix d’étapes ou de façon de les aborder.

Au final, vous allez y être en fin de saison touristique. Ça ne sera pas tout à fait le même contexte que nous. Dans certains cas, il vous sera intéressant de réserver des hôtels par internet histoire d’avoir une place, alors que pour nous, il était plus intéressant de négocier sur place pour faire baisser le prix. J’imagine que vous vous poserez la question du nombre de jours à consacrer à cette île et aux autres qui seront moins touristiques. Clairement, Bali a de quoi proposer des trucs intéressants pour plus de 2 mois. Mais l’envie d’éviter les gros flux touristiques vous poussera peut-être plus vers Lombok, Java et les autres îles de l’archipel. J’imagine que c’est sur place que vous déciderez.

Mais sinon, pour rentrer dans le détail…

Géographie de Bali

La première chose à déterminer, c’est les contraintes d’arrivée et de départ de votre voyage. Si le départ est de l’aéroport Ngurah Rai, il faudra ne pas être trop éloigné. Surtout si le vol de retour est tôt le matin. C’était notre cas. On voulait à tout prix éviter Kuta. On s’est donc posé à Sanur. Ça allait. C’était tranquille sans être transcendant. Si c’était à refaire, je testerais sans doute Nusa Dua.
Si le vol est en journée ou le soir, ça permet de passer sa dernière nuit un peu plus loin sans trop de risque. Dans ce cas, Ubud peut être un choix intéressant. Beaucoup commencent par cette ville. Perso, j’aurais plutôt tendance au contraire à y finir parce que c’est un spot intéressant de shopping et qu’il vaut toujours mieux se garder cette activité pour la fin d’un voyage.
En tous cas, les transports ne sont pas assez fiables pour être loin de l’aéroport avant le départ. C’est la raison pour laquelle j’aurais tendance à conseiller de poser cette contrainte au plus tôt.

Sinon, par quelle ville commencer ? Pour nous ça a été Nusa Lembongan. Mais au final, je ne pense pas que c’est l’idéal. Ubud ou Nusa Dua, si on ne finit pas par ça, pourquoi pas. Mais limite, c’est Padang Bai que j’aurais tendance à conseiller. C’est un village tranquille. Ça me semble très bien pour s’acclimater, gérer le décalage horaire, et prendre ses marques. Par contre c’est un poil loin de l’aéroport (en bus Perama, il y a une correspondance à Ubud). Pour une arrivée le soir, ou une arrivée en provenance de java, ça n’est sans doute pas l’idéal.

Ensuite, pour vous donner des indications de ce qu’on a compris de cette île à partir des guides, mais surtout des rencontres qu’on a fait :

  • Denpasar, la capitale, ne semble pas avoir de grand intérêt touristique. Nous, on l’a évité.
  • Kuta, Legian et Seminyak, c’est l’endroit le plus touristique de l’île avec beaucoup d’Australiens là pour surfer, draguer et faire la fête. C’est le pire endroit où on n’avait pas envie d’aller.
  • La péninsule de Bukit (Nusa Dua), on aurait pu la faire si on avait eu plus de temps. On dirait qu’il y a de jolies côtes. À voir s’il n’y a pas trop de touristes.
  • Un grand est qui couvrirait d’Ubud à Amlapura et en remontant vers Amed et Tulamben, il présente pas mal de coins intéressants. C’est l’endroit principal dans lequel organiser son périple.
  • Le nord (et en particulier Lovina) semble moins sympa. À part les couchers de soleil, on n’a entendu que des trucs négatifs (paysages pas si fabuleux, agressivité des sollicitations, traque touristique de dauphins).
  • L’ouest, c’est la jungle, très dépeuplée. Au début ça nous a beaucoup attirés. Mais au final, on a entendu dire que le parc national avait un intérêt plus ornithologique (en particulier sur les oiseaux) que paysager et que les randos y seraient courtes. Il y a bien les fonds sous-marins qui ont vraiment une super réputation, cependant à la hauteur des tarifs élevés des clubs de plongée locaux (80 €). Du coup, au final on n’y a pas été. Mais je ne saurais pas dire qu’il ne faut pas le faire. Ça a plus été un choix à cause de la durée limitée de nos vacances.

Rizières de Jatiluwih

Bedugul

Au niveau des activités :

  • Les temples : Ce n’est pas la peine de courir pour en trouver. Il y en a partout, c’est hallucinant. À chaque famille son temple et contrairement à l’Inde, nombreux sont de vrais bâtiments, pas juste une niche sur un mur. Certains sont très touristiques. Perso, c’est un des pires trucs où ça me gâche le plaisir. Certains autres ont beaucoup de pratiquants où on sent qu’on est pas toujours bien vu malgré le port d’un sarong. Du coup, moi j’ai préféré ceux qui n’avaient pas beaucoup d’affluence.
  • Les plages : Entre les soucis de propreté (très variable en fonction des plages), et tous les dispositifs pour faire dépenser de l’argent (péage à l’entrée, cout du parking à la sortie, location de transat), je doute que ça soit Bali qui réconcilie Nico avec l’activité « plage ». En tous cas, au final, nous on ne l’auras pas vécu comme une activité sympa pour la baignade, éventuellement pour bronzer/se reposer dans un joli cadre. Mais je ne trouve pas que ça soit un gros point fort de Bali.
  • La plongée sous-marine : Ça, c’est LE truc qui a marqué notre séjour. On est passé par Ikan Dive à Padang Bai qui nous faisait une remise à jour de notre niveau 1. Claire et Mawi sont très sympas et peuvent proposer des tarifs très intéressants. Après ils ne sont pas sur un spot inintéressant, mais ça n’est pas le meilleur. Du coup, ça peut être intéressant de se renseigner aussi ailleurs. Les meilleurs endroits où plonger : l’épave de l’USS Liberty à Tulamben, le parc national Taman Nasional Bali Barat à l’ouest et les îles Nusa Lembongan et Nusa Penida pour voir du « gros » (barracuda, carangues ignobilis, raies manta et autres, tortues, thons, petits requins, poisson-lune)
  • Le snorkeling : Ça, c’est notre principale déception. Il y a très peu de spots intéressants et accessibles sans surcout. Quand c’est accessible, c’est inintéressant ou super pollué. Pour voir des trucs sympas, il faut s’adresser à un pêcheur et se faire emmener en bateau. Une exception peut-être avec Mangrove Point qu’on pourrait rejoindre à la nage (pas testé).
  • Les randos : Comme souvent quand on sort des pays occidentalisés, il ne faut pas compter trouver de chemin balisé. Du coup, il reste 3 choix : prendre un guide (on est pas fan, mais pas toujours le choix de pouvoir s’en passer), avoir une appli GPS de rando (on s’en est servi plusieurs fois, mais les tracés disponibles sur internet ne sont pas si nombreux), ou avoir un bon sens de l’orientation. Pour le détail des sites, voir ci-dessous. En tout cas, le choix de randos proposées ne sont pas si nombreuses.
  • Les rizières en terrasse : C’est aussi un vrai truc très intéressant à Bali. Il faut prévoir de louer un scooter pour y accéder. Mais ensuite, c’est de la ballade facile. Un guide n’est pas nécessaire. Par contre une appli GPS avec une trace à suivre ou une carte OCM n’est pas un luxe. Jatiluwih, Sidemen, Tirta Gangga sont parmi les plus réputées. Une autre façon de découvrir les rizières peut se faire en rafting. Les sites les plus connus sont Telaga Waja River et Ayung River. On n’a pas testé, mais il y a vraiment beaucoup d’avis très positifs là dessus. À voir si ça n’est pas trop saturé de touristes…
  • Un spectacle de danse : Facile à trouver à Ubud, les groupes alternent chacun un soir de la semaine au Palais d’Ubud. Il y a plein de danses différentes à Bali et pour les touristes les spectacles proposent une version adaptée mélangeant plusieurs danses d’une durée digeste. La danse qu’on n’a pas vue, mais qui a l’air de marquer pas mal de monde c’est le kecak fire (se faire confirmer qu’il s’agit bien d’une danse du feu).
  • Un massage : Les propositions de massage sont tellement fréquentes qu’elles vont vous sortir par les yeux. Nous, on en a fait un dans un institut magnifique sur Ubud, mais les massages ne nous ont pas convaincus, trop toniques. Perso, j’ai même trouvé ça limite désagréable. Si c’était à refaire, je ne prendrais pas de rendez-vous sans voir le masseur et j’exigerai quelqu’un qui me semble un minimum expérimenté : il y a foule de masseurs de 15/16 ans dans des instituts sur Ubud alors que j’ai été témoin d’un massage qui semblait bien plus sympathique sur une plage par une Indonésienne autour de 40 ans. La proposition au départ était pourtant bien moins engageante ou rassurante par rapport à un salon.
  • Les singes : il y a pas mal d’endroits où on peut croiser cet animal sacré. On a apprécié le Sacred Monkey Forest Sanctuary à Ubud. En espérant pour vous qu’il n’y ait pas un nombre de touristes trop important pour vous. Faire attention à ses affaires (lunettes, appareil photo, tong, chapeau…). Le temple d’Uluwatu sur la péninsule de Bukit est réputé pour le côté particulièrement chapardeur de ses macaques.

Les randos :

  • Le mont Batur : C’est la rando la plus fréquentée et la plus abordable (pas au niveau financier) de l’île. 500 m de dénivelé pour atteindre le sommet et voir un lever de soleil sur un grand panorama. Au départ, je voulais essayer de le faire en évitant les guides, en démarrant plus tard que l’horaire habituel histoire d’être hors du flot touristique. À force de lire et d’entendre des avis négatifs là-dessus (difficile d’éviter les guides qui traquent les touristes jusqu’à devant leurs hôtels, oppression des rabatteurs qui pourchassent en scooter les touristes qui ne viennent pas en voiture avec chauffeur, mauvais temps pour les départs tardifs, pas possible de ne pas être dans le flot de touristes pour une telle attraction), on a changé d’avis. On a hésité à ne pas le faire. Mais ça m’embêtait de ne faire aucune vraie rando (ce n’est pas très haut, mais la fin du chemin ne permet pas, en toute bonne foi, d’appeler ça de la balade). On s’y est donc lancé en acceptant le côté « très touristique», mais en essayant de limiter ses inconvénients. On a trouvé un tarif pas très cher depuis Padang Bai (1 000 000 pour 2. Depuis Ubud, je pense qu’on peut trouver des tarifs moins chers) comprenant voiture avec chauffeur pour y aller, le guide, petit déjeuné (porté par le guide, ça n’avait aucun intérêt. Préférez vous débrouiller avec vos sacs à dos. Dans tous les cas, vous n’aurez pas très faim. Et négociez plutôt un petit déjeuné dans un restaurant une fois redescendu), un arrêt dans une ferme touristique de culture de café (aucun intérêt) et un retour en voiture par des paysages de rizières en terrasses (ça, c’était sympa). De préférence, partir tôt (pour nous c’était 1 h à Padang Bai et 2 h 30 en bas du volcan. On marche lentement, mais éviter de partir après 3 h 30) de façon à ce que le guide ne prenne pas un rythme difficile à suivre et de façon à avoir une bonne place une fois en haut. Ne pas oublier de partir bien couvert (au moins une grosse polaire, voire un k-way et un bonnet), bien chaussé (bonnes baskets au minimum, chaussure de rando, c’est pas du luxe).
  • Le mont Agung : 1500 m de dénivelé, réputé difficile pas seulement à cause de la hauteur. Ce n’est pas à notre niveau. Ça peut être un défi pour Nico. Mais de tout ce dont on a entendu parler, je ne le conseille pas pour Camille.
  • Le Gunung Batukau : Pareil, c’est de la grosse rando supérieure à notre niveau. Mais ça ne semble pas inintéressant, loin de là.
  • Le Gunung Catur : à partir de Bedugul/Candikuning. Dans le guide, le chemin est réputé difficile. D’après la carte, il y a 700 m de dénivelé. Pour autant, vu d’en face, de l’autre côté du lac, ça ne donne pas cette impression. J’aurais plutôt dit 400 m. Et ça fait vraiment partie des trucs que j’aurais bien aimé faire si on avait eu plus de temps (et une météo plus sympa dans ce coin-là).
  • Le temple Pura Lempuyang : Tout à l’est, ce temple est accessible par 1700 marches assez renommées. Claire d’Ikandive n’y envoie plus de touristes depuis que les singes y sont devenus agressifs. Il y aurait eu plusieurs blessés et même 1 ou 2 morts. À éviter donc…
  • Pour le reste, c’est de la balade : chutes de Munduk, rizières de Jatiluwih, etc.

Les infos pratiques

Carte
Une carte de Bali agréable à lire

Transport

Pour se déplacer, il n’est pas toujours facile de trouver, comprendre ou se faire indiquer des bemos (minibus utiliser par les locaux). Nous, on a privilégié les bus touristiques Perama qui sont à peine plus chers, plus facile à trouver, organiser, programmer. En tous cas, on a évité au maximum les voitures avec chauffeur et taxis. On ne les a pris que pour les transferts depuis et vers l’aéroport, le mont Batur et quand on nous les a offerts.

Le truc vraiment très pratique pour quitter les centres-ville, c’est la location de scooter. Prévoir 50 000 IDR la journée. Il parait que certains arrivent à les négocier à 40 000. À Bedugul, c’est plutôt 70 000. L’essence se trouve dans les épiceries qui ont souvent une étagère en bord de route qui contient des bouteilles en plastique avec un liquide jaunâtre. C’est ça. Ça coute 7000 IDR le litre et ça permet de rouler 15 à 20 km.

Aéroport

Prévoir les 200 000 IDR par personne de taxe d’aéroport pour quitter Bali avant de changer son argent en €.

Pour donner une idée des tarifs des taxis : on a payé 150 000 IDR le transfert de l’aéroport à Sanur et inversement.

Carte bleue

Le retrait au distributeur est un peu perturbant quand on vient de France. Juste quelques conseils rapides : Les distributeurs sont appelés ATM. On voit bien cet acronyme sur leurs enseignes. Vérifier qu’ils prennent bien sa carte bleue « Visa » ou « MasterCard ». C’est fréquent, mais pas du tout systématique. Vérifier que les coupures ne sont pas trop importantes (50 ou 100 000 c’est bien) et que le montant max est important (2 000 000, c’est bien) pour éviter les frais dus à des retraits trop fréquents. Un retrait en anglais, ça se dit « withdrawal ». « Saving », il s’agit du compte épargne. « Credit », d’un compte avec des intérêts parce que débit différé. Du coup, le compte à retirer c’est le « checking » ou « current ». Un tuto pour être un peu plus à l’aise.

Se méfier des paiements en carte bleue bien sûr quand ça utilise encore un sabot, mais même sans : on ne sait jamais quelle commission ils vont ajouter au paiement. Nous au final, il n’y a que Claire d’Ikandive qu’on a payée en CB.

Restaurant

On vous conseille (ou non) de gouter :

  • Le jus d’avocat
  • Le poisson-licorne (unicorn fish)
  • Les encornets (squid)
  • Dadar gulung : dessert, crêpe à la noix de coco.
  • D’une façon générale, vous allez manger beaucoup de poulet, un peu de bœuf (mais il n’est pas terrible) et rarement du porc (pas mauvais)
  • Pour les poissons, en dehors de 2 restaurants que j’ai cités plus bas à Nusa lembongan et à Sanur, ça n’a jamais été transcendant.
  • Par contre, le brem, vin de riz, n’est vraiment pas bon au verre. Il n’y a que dans les cocktails et desserts que ça passe.

Prévoir qu’une taxe de 10 % (pas toujours bien indiquée sur la carte) s’ajoutera à la note.

Apprendre le Bahasa indonésien

Céline avait essayé d’apprendre la langue avant de partir. Ça a été moins facile que son enthousiasme du départ. Et, au final, j’ai  l’impression qu’elle l’aura vécu comme assez frustrant : ça n’a vraiment pas beaucoup servi. Dans 95% des situations, on a été en face de personne parlant anglais. Pour les 5% restant, c’était plutôt cool de mon point de vue (dans des commerces en pleine cambrousse, où pour se faire indiquer un chemin un peu compliqué). Mais elle aura eu l’impression de ne vraiment pas assez pratiquer pour parler mieux qu’un petit nègre très rudimentaire.

Appli GPS de rando

Je sais que vous ne voulez pas rendre votre voyage trop technologique. Pour autant, si vous voulez ne pas faire systématiquement appel à un guide, une appli GPS avec une trace à suivre ou une carte OCM n’est pas un luxe. Ça permet de télécharger en Wifi n’importe quelle carte (tout Bali et Lombok m’a pris 8h) et d’y avoir ensuite accès sur son smartphone ou sa tablette quand on n’a plus de Wifi. Dans notre cas, on s’en ai servi tous les jours. Que ce soit pour des randos/balades, en scooter où juste pour marquer la localisation en ville d’un truc particulier (le salon de massage où on n’avait pris rendez-vous par exemple) qu’on veut retrouver facilement.

Voici la liste des traces qui pourrait vous être utiles (télécharger et importer dans MyTrails les gpx) :

  • Nusa Lembongan en scooter : view ou gpx
  • Ubud – Crête de Campuan : view ou gpx
  • Cascades de Munduk : view ou gpx
  • Rizières de Jatiluwih : view ou gpx
  • Plage de Bias Tugal : view ou gpx
  • Plage de Pasir Putih : view ou gpx

Notre budget

Notre budget

(1 kIDR = 1000 InDonesian Roupia)

  • Logement 240 kIDR soit 15 € par nuit pour 2
    Moins cher, c’est possible, mais ça va faire de sacrés compromis sur le confort.
  • Nourriture 330 kIDR soit 20 € par jour pour 2
    Rétrospectivement, ça nous donne l’impression d’un gros budget à ce niveau. C’est carrément possible de gérer pour moins cher. Par contre, on a vite l’impression de manger tout le temps la même chose dans ce qui est bon marché.
  • Transport 120 kIDR soit 7 € par jour pour 2
    Là, par contre, je pense qu’on a bien géré en évitant plein de solutions chères pour les touristes comme les voitures avec chauffeur à 40 $/jour.
  • Activités 110 kIDR soit 7,11 € par jour pour 2
    (bateau de pêcheur pour snorkeling, spectacle, parc des singes, massages, chauffeur et guide pour le mont Batur, péages ou entrées des plages, temples, palais, sources chaudes…)
  • Plongée 400 € pour 6 plongées + mise à jour de notre niveau 1 pour 2 personnes
    Préférer négocier des plongées à l’avance. Ne pas hésiter à demander un forfait global sur des sites différents. Les prix moyens honnêtes sont entre 40 et 50 € par plongée et par personne s’il n’y a pas un transport important.
  • Divers 30 kIDR soit 2 € par jour pour 2
    (carte SIM pour mobile, achats de souvenirs, cartes postales)

 

Les lieux plus en détail :

Hôtels et restaurant : Je mets les liens vers les critiques que j’ai écrites en tant que septam sur TripAdvisor.
Ça semble moins cher par téléphone ou par mail que par booking ou agoda. Si on se renseigne sur place, bien sûr il faut éviter de visiter en arrivant avec ses gros sacs à dos. La technique avec une personne qui garde les sacs et l’autre qui trouve une chambre a très bien marché pour nous.

Nusa Lembongan

On a commencé par ça et on a vraiment beaucoup aimé. Je regrette d’avoir commencé par ça parce plus tard on aurait trouvé un meilleur prix pour y aller en bateau et parce qu’on aurait sans doute pris plus le temps et on aurait passé 1 ou 2 journées sur Nusa Penida. Cette île au sud-est de Bali n’est pas saturée de touristes. Les sollicitations y sont rares. L’ambiance y est vraiment tranquille et agréable.

Durée : 2 à 5 jours si plongée et Nusa Penida

Activités à faire :

  • Le tour de l’ile en scooter. Gérer son circuit pour voir les plages plutôt à marée haute et prévoir une journée complète. Ne pas manquer Nusa Ceningan (aller par la côte jusqu’à la pointe sud ouest, retour par la crête). Se baigner dans les rouleaux de Dream beach et faire la balade à pied jusqu’à Devil’s tear et Sunset beach, retour par la route. La mangrove n’est pas praticable ou intéressante, mais la route qui la longe est plus fraîche parce que dans l’ombre des feuillages pour sa partie est. La pointe nord peut être sympa pour tenter le snorkeling de Mangrove Point depuis la plage (on n’a pas testé, mais il parait que c’est faisable).
  • Un tour (en sccoter ?) sur Nusa Penida qui a l’air bien moins touristique. Se renseigner sur place pour plus d’info parce qu’il n’y en a pas trop sur les guides. Ne pas hésiter à regarder Google maps version satellite pour repérer les coins les plus sympas.
  • De la plongée pour voir du « gros ». Liste des sites de Nusa Lembongan et Nusa Penida.
  • À défaut, du snorkeling. Nous, on nous a proposé un bateau de pêcheur pour 350 kIDR pour 2 pour 4 h de snorkeling sur 3 sites (Mangrove Point, puis un coin de pleine mer et un tombant vers Toyapakeh) avec un autre couple français.
  • Boire un coup au coucher du soleil sur la plage de Jungut Batu. C’est une plage côté ouest autant en profiter.

Hôtel : Suka Beach Bungalow
150 kIDR/nuit, mais ça sera plus cher (entre 200 et 300 kIDR) parce que c’était en travaux. Éviter de passer par agoda.com (450 kIDR). Appeler Ketut (le patron) directement sur son portable 081 337 100 219
C’est très sympa. Mais le manque d’intérêt de la plage pourrait me faire essayer le Bunda 7 Bungalows, théoriquement moins cher et avec une piscine.

Restaurant sympa : Nyoman’s warung, restaurant à poisson recommandé par le routard (gavé de français), sur la route du nord de l’île (il faut un peu marcher). De loin c’est là qu’on a le mieux mangé sur Nusa Lembongan et mon 3° préféré sur Bali.

Ressources :
lembonganzone.com, ce site n’est pas objectif (Nusa lembongan ne serait pas touristique !?! C’est vrai que ça n’est pas Kuta, mais il ne faut pas exagérer non plus. La culture de l’algue n’est plus la ressource principale de l’île) parce que tenu par un moniteur de plongée français installé sur cette île. Mais il y a beaucoup de renseignements intéressants.
wikitravel.org, un wiki anglophone très intéressant
une des meilleures cartes avec OCM

 

 

Ubud : dormir au palais d'Ubud. Voici la terrasse !

 

Ubud (carte)

C’est la ville culturelle. C’est clairement très touristique, mais l’ambiance y est quand même cool. Les sollicitations sont omniprésentes, mais pas insistantes. C’est un peu un passage obligé.

Durée : 2 à 4 jours

Activités à faire :

  • Sacred Monkey Forest Sanctuary. C’est plutôt joli. Les singes ne sont pas trop chapardeurs ou agressifs si on ne les provoque pas. La seule réserve c’est le nombre de touristes.
  • Louer un scooter pour aller au temple de Gunung Kawi et de Tirta Empul (y faire une purification)
  • Trouver une formule chauffeur + guide pour le Mont Batur
  • Rafting sur Telaga Waja River et Ayung River ? (pas testé)
  • Shopping : Un souvenir à ramener de Bali ?
  • Un spectacle de danse
  • Cours de cuisine ? (pas testé)
  • Un massage : si vous préférez un salon plutôt qu’une proposition à l’arrache en bord de plage, c’est à Ubud où vous trouverez le plus de choix.
  • Rizières : Les ballades à pied indiquées dans le Lonely Planet (en particulier on a fait la crête de Campuan) ne sont pas transcendantes, trop de bitume. Par contre, en prenant en scooter et en s’éloignant de la ville, il semble y avoir des coins sympas. Faire une recherche là dessus.

Hôtel :

  • Palais d’Ubud
    Comme indiqué dans le Lonely Planet, il est possible d’y dormir un peu comme si on était des invités de la famille royale. Si la chambre n’est pas à la hauteur du prix, la terrasse et le petit déjeuner le sont. C’est magique. C’est à faire pour une nuit, 750 kIDR. Se renseigner au bureau au fond de la 1° cour du palais.
  • Dewi Ayu Accomodation
    Demander à visiter plusieurs chambres. Même au prix le plus bas, il y en a qui sont propres (n° 01 par exemple). Mais ça n’est pas les premières (n° 04) qu’on vous montrera.

Restaurants sympas :

 

 

Bedugul (carte)

Bedugul/Candikuning et Munduk présente une alternative intéressante, pas très touristique et bien moins agressive que les alentour du mont Batur ou du Pura Besakih (au pied du mont Agung). Nous ont s’est posé à Bedugul parce que c’est desservi par les bus Perama et c’est assez central par rapport à ce qu’on voulait voir. Je dois cependant exprimer une réserve : tout y est un peu plus cher (hôtel, restaurant, location de scooter). D’autres préfèreront Munduk qui semble très sympa aussi.

Durée : 2 à 4 jours

/ ! \ Attention à la météo. Pour nous, tous les jours il faisait beau au lever du soleil, couvert en fin de matinée et pluie tropicale l’après-midi. Cette règle n’est peut-être pas systématique, mais très fréquente.

Activités à faire :

  • Louer un scooter pour faire les 3 cascades de Munduk (ballade de 3 h, prendre cette carte pour éviter de prendre un guide), sur la route profiter de la vue sur les lacs en particulier quand on est en haut de l’arrête qui les longe.
  • Louer un scooter pour faire les rizières de Jatiluwih, classées au patrimoine mondial de L’UNESCO.
  • Rando du Gunung Batukau : Départ du temple Pura Lahur batukau pour 1400 m de dénivelé pour ce sommet moins touristique que les autres. Pas testé.
  • Rando du Le Gunung Catur : Départ de la base nautique de Bedugul/Candikuning. Pas testé, mais ça me donnait bien envie.

Hôtel :

Restaurants sympas :

 

 

Padang Bai : Plage de Bias Tugal

Vue depuis le Mont Batur

Padang Bai : Plage de Pasir Putih

Padang Bai (carte)

Si Padang Bai est très fréquenté par les touristes, c’est plutôt comme étape de transit vers les îles Gili ou vers Lombok. Une fois sorti de la zone du port, Padang Bai s’avère être un village tranquille et sympa. Au final, on y est resté 9 jours. On avait sans doute besoin de se poser et surtout on a rayonné autour sans changer d’hôtel.

Activités à faire :

  • Plongée sous-marine si vous passez par Claire d’Ikan Dive.
  • Plage de Bias Tugal : plage soi-disant secrète, plus grande, plus propre, moins fréquentée et plus sympa que celle de Blue Lagoon (la moins sympa qu’on ait faite sur tout Bali)
  • Pura Goa Lawah : Temple dans une grotte habitée par une énorme colonie de chauves-souris. Peu de touriste. À 8 km à l’ouest de Padang Bai.
  • Plage de Pasir Putih ou Virgin Beach : Plus rien de secret pour cette jolie plage propre qui cumule les occasions de faire payer les touristes (péage à l’entrée, location de transat, parking à la sortie…).

Un peu plus loin :

  • Louer un scooter ou s’arrêter sur la route pour aller à Amed, pour visiter et se baigner (prendre son maillot de bain) dans les bains royaux de Tirta Gangga à 30 km et faire une balade dans les rizières au-dessus.
  • Aussi à 30 km, Sidemen est un petit village connu pour la route magnifique de rizières qui l’y amène.
  • Encore 20 km plus loin (là ça fait vraiment beaucoup pour un scooter), le temple de Besakih. Pas testé, mais à priori un des temples les plus importants de l’île. Très touristique. Beaucoup de sollicitation. Difficile à visiter sans passer par un guide. Point de départ de la rando pour le mont Agung.

Hôtel : Kerti Beach Bungalows
J’ai lu de mauvais avis sur cet hôtel. Mais notre expérience est complètement différente. Pour nous, ça a été l’hôtel le plus propre qu’on ait testé à Bali. Je recommande.

Restaurants sympas :

  • Puri Rai : Pour la qualité de ce qu’on mange comme pour le prix, c’est LE restaurant qu’on a préféré à Bali. On y est retourné 3 fois. Tout est super bon dans leur carte (mais les chicken balls déchirent tout).
  • Warung Ozone

 

 

Sanur

Sanur était notre dernière étape, pas trop éloignée de l’aéroport pour un départ bien matinal. La ville correspond bien à ce qu’on en avait compris dans les guides : c’est une ville balnéaire (5km de plage) très touristique, mais sûrement beaucoup plus tranquille que Kuta. Sans être désagréable, elle ne présente que peu d’intérêt. Si c’était à refaire, j’essaierai sans doute Nusa Dua.

Hôtel : Bintang Bungalows & Pool

Activités à faire :

  • Bronzer sur la plage. Elle est relativement propre. En marchant pas mal, on parvient à trouver des coins où poser sa serviette sans ressentir une pression de loueur de transats. Les vagues sont très tranquilles parce qu’un récif à l’horizon les atténue grandement. Par contre, aucune visibilité, aucun fond intéressant, la mer pas forcément beaucoup plus propre qu’ailleurs.
  • Shopping. De nombreux magasin sur Jl Danau Tamblingan parallèle à la plage.

Restaurants sympas :

  • Sand Beach Tropical : Le plus cher des restaus qu’on a fait à Bali (c’est au moins une gamme au dessus de tous les autres qu’on a cité) et clairement aussi un des meilleurs pour la viande comme pour le poisson. À cause du prix, il n’est que 2° dans nos restaurants préférés à Bali.
  • Mango restaurant

Amed

On est passé vraiment en vitesse dans ce village de pêcheur qui semble très apprécié. Si je devais m’adresser à un club local pour plonger sur l’USS Liberty, je logerais ici. Ça semble beaucoup plus sympa que Tulamben où cette épave est située.

Îles Gili

On a hésité à y aller. On l’aurait fait si on avait eu plus de temps. De ce qu’on en a compris, Gili Trawangan est la plus grosse, la plus festive et la plus bruyante. Gili Meno est infestée de moustiques. Du coup, la plupart conseillent Gili Air. Mais si je devais choisir, le côté très touristique des Gilis me ferait préférer Nusa Penida.

Et tout le reste…

C’est clair qu’on est très loin d’avoir tout fait et d’être allé partout. On est clairement passé à côté de tout un tas de trucs sûrement très intéressants. Les adresses qu’on indique (hôtel, trucs à voir) ne sont pas forcément les meilleurs et indispensables. On compte sur vous pour découvrir tout un tas d’autres lieux et pour nous les raconter !

3 comments on “Conseils pour Bali

  1. Coucou !

    C’est rigolo, je relis ton post pour revoir quelques conseils et je me rends compte qu’on est au même hôtel à Padang Bai en ce moment même !

    Merci pour tes infos, j’y reviendrais encore, pleins de bons conseils 😉

    Bisous

  2. Nous sommes à Bali et je suis tombé sur ton blog par hasard. Merci pour tes conseils qui sont fiables par rapport à ce que nous avons déjà fait.

    Je cherchais surtout des traces gpx, pas évidentes à trouver en effet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *